Bio de Jean Mailloux 's Bio

Image-BIO.jpg
Image-BIO.jpg

Bio de Jean Mailloux 's Bio

0.00

Jean Mailloux obtient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia en 1990. Après une participation à des expositions individuelles et collectives ainsi que l’obtention de quelques récompenses, il se consacre à la diffusion du travail artistique des autres en occupant des postes dans des centres d’artistes de Montréal et de Québec. En outre, il accepte la coprésidence du conseil d’administration du RCAAQ de 2004 à 2006, et met sur pied des programmes et des expositions vidéo qui seront présentés à Montréal, à Paris, à Toulouse et à Santiago. Renouant avec sa propre pratique en 2007, il s’attarde particulièrement au dessin, à la lithographie et à la photographie. En 2014, il est invité à effectuer une résidence d’artiste d’un mois en Finlande. Son travail est présent dans les collections de Loto-Québec, de l’artothèque de la Bibliothèque Gabrielle-Roy et de la Banque Nationale. Jean Mailloux vit et travaille à Montréal.

 

Démarche

 

Depuis son retour à la pratique, la représentation du corps – en particulier masculin – est au centre de sa démarche. Il porte un regard curieux et sensible sur les êtres humains et les relations, révélant tour à tour des moments d’intimité, de vulnérabilité, de soutien, de tendresse et de solitude. Il aime conserver une part de mystère et d’ambiguïté malgré la familiarité des situations. Ce mystère – des lieux et des relations entre les individus – permet de transporter le spectateur au cœur d’un scénario où l’aspect esthétique joue un rôle important. 

 

Ses œuvres mettent souvent de l’avant un nombre restreint de personnages et sont généralement intégrées à une série. Lorsqu’ils ne sont pas seuls, les personnages forment un groupe qui exclut le spectateur. Ce dernier peut suivre l’action et souhaiter y prendre part, mais s’en voit écarté. Cette exclusion est renforcée par le fait que les personnages sont souvent introvertis, le regard porté vers l’intérieur, même lorsqu’ils interagissent les uns avec les autres.
Par conséquent, l’action n’est pas ancrée dans le quotidien et les personnages deviennent en quelque sorte des signes, des emblèmes et des métaphores. Dans certaines séries, ils affichent d’ailleurs un anonymat qui donne une forme d’universalité aux enjeux dont nous sommes témoins. Les moments décrits vacillent entre le banal et le sacré. La préservation de l’espace blanc dominant participe également à cette réalité.

Les concepts de fraternité et de masculinité reviennent constamment dans son travail. Comme dans la vie, la confiance et le soutien se confrontent aux relations de pouvoir entre les personnages. Le jeu côtoie le danger, la douleur et la mort, alors qu’ailleurs la solidarité fait place à une lutte qui n’a pour seule issue que la résignation et la tristesse. Les échanges se transforment en danse macabre ou prennent la forme d’un rituel. La notion de distance et d’ambiguïté entre désir et rejet est omniprésente à la fois dans l’interaction entre les personnages et dans la relation au spectateur. 

Quantity:
Add To Cart